JK Rowling, Harry Potter and the cursed child


Auteur : JK Rowling
Titre : Harry Potter et l'enfant maudit
Titre original : Harry Potter and the cursed child
Année : 2016 (31 juillet pour la VO, sortie prévue en VF en octobre chez Gallimard Jeunesse)

Quatrième de couverture : 
Harry is “an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband, and father of three school-age children.” In the epilogue to “Deathly Hallows,” readers learn that Harry had married Ginny Weasley, and together they had two sons, Albus and James, and a daughter, Lily.
In “Harry Pottter and the Cursed Child,” Albus struggles “with the weight of a family legacy he never wanted,” the announcement said. “As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: Sometimes darkness comes from unexpected places.”

Mon avis : 
Grande fan de l'univers d'Harry Potter depuis des années, je n'ai pas attendu bien longtemps pour me procurer ce dernier tome lié à l'univers, quelques heures en fait. Je n'ai pas plus attendu pour le lire puisque le 1er août au soir je l'avais déjà terminé. Je viens maintenant vous dire ce que j'en ai pensé. Bien que je n'ai pas vu les pages défiler lors de ma lecture, mon avis n'est pas tout positif.

Ce livre détonne par rapport à la série originale par sa forme. En effet, JK Rowling a choisi de raconter l'aventure d'Albus S. Potter, fils du grand Harry Potter, sous la forme d'une pièce de théâtre. L'inconvénient de ce choix est que la transmission du temps qui passe (qui est très importante dans cet opus) est difficile à mettre en oeuvre. Je pense que le tout aurait été plus prenant et plus clair pour le lecteur sous une forme plus traditionnelle. De plus, je ne sais pas comment le passage des années est mis en scène mais je crains que les avancés et reculs dans le temps qui sont très présents dans cette pièce risquent d'être peu clairs pour les spectateurs. Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli / Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli. écrivit Boileau, cette phrase ne résume pas la rigidité classique mais bien souvent une nécessité à la bonne compréhension d'une pièce.

J'ai par contre été très heureuse de rencontrer les personnages d'Albus Potter et de Scorpius Malefoy qui sont les deux personnages principaux de ce huitième tome. Ces deux personnages sont assez attachants, on ressent bien la force de leur amitié dans les épreuves auxquels ils sont confrontés. J'ai beaucoup aimé retrouver chez Albus le courage parfois tête brûlé de Harry Potter. Je trouve tout de même dommage que les autres héritiers soient aussi peu présents dans la pièce, on entend très peu parler de Rose, vaguement de James, encore moins de Lily et Hugo.

J'ai aussi retrouvé avec plaisir dans cette pièce avec plaisirs des thèmes importants et chers à toute la série qui ont l'avantage d'être parlant pour les enfants comme pour les plus grands : la famille, l'amitié, l'identité, la loyauté... Cet aspect « roman d'apprentissage » (enfin pièce d'apprentissage en l'occurence) est peut être encore plus présent ici que dans les romans car il est concentré sur moins de pages donc plus frappant. Concernant l'intrigue, si j'ai beaucoup aimé l'idée de départ pour son côté un peu déjanté, j'ai trouvé que les nombreux aller/retour dans le temps, les différents changements opérés et leurs conséquences étaient un peu répétitifs. De même, le danger des retours dans le temps est un motif relativement courant dans tous les univers où ce pouvoir existe. L'intrigue m'a donc moyennement plu.

Ainsi, j'ai été conquise par cette pièce plus pour la continuité dans laquelle elle s'inscrit avec l'univers que JK Rowling a créé pour nous faire rêver il y a bientôt vingt ans que pour son intrigue.Je regrette tout de même certains aspects de l'intrigue un peu faciles et un peu répétitifs et j'ai du mal à imaginer cette pièce de théâtre représentée telle quelle à cause des nombreux sauts dans le temps que se permettent les auteurs.

Commentaires