Jean-Paul Sartre, Les Mots



Auteur :
 Jean-Paul Sartre
Titre : Les Mots
Année : 1964

Quatrième de couverture :
J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute: au milieu des livres. Dans le bureau de mon grand-père, il y en avait partout; défense était de les faire épousseter sauf une fois l'an, avant la rentrée d'octobre. Je ne savais pas encore lire que, déjà, je les révérais, ces pierres levées : droites ou penchées, serrées comme des briques sur les rayons de la bibliothèque ou noblement espacées en allées de menhirs, je sentais que la prospérité de notre famille en dépendait...

Mon avis : 
Je ne connais pas beaucoup Sartre dont je n'ai lu que quelques nouvelles qui ne m'ont pas vraiment marquée malheureusement. Il faut dire que ce n'est pas un auteur qui m'attire particulièrement. Je dois pourtant reconnaître qu'il écrit de manière claire et belle. J'ai relevé au cours de ma lecture quelques citations qui m'ont particulièrement marquée.

Dans cette autobiographie, Sartre se concentre sur sa relation aux livres, que ce soit par la lecture ou par l'écriture, deux axes qui constituent les deux parties de ce livre. On en apprend finalement très peu sur sa vie car il aborde surtout son enfance et la vision qu'il a de lui même au cours de cette période, d'abord enfant gâté persuadé d'être un petit génie puis la remise en question violente qui suit ces premières années. Cela est un peu perturbant quand on s'attend à une autobiographie plus classique, surtout que l'autobiographie de Leiris que j'ai étudié paraît à côté très traditionnelle, ce qu'elle n'est pas en plusieurs points.

L'ensemble de l'ouvrage est intéressant bien que j'ai trouvé le jeune Sartre un peu extrême dans certains de ses propos et donc que je ne m'y suis pas du tout reconnue. Pourtant, j'ai trouvé certains passages longs et plutôt ennuyeux dans la deuxième partie, j'avais finalement envie de finir vite cette lecture. Je ressors donc assez  mitigée de cette autobiographie.

Commentaires

  1. J'avais commencé ce livre un peu avant mon entrée en hypokhâgne. Je ne l'ai jamais terminé et ne souhaite pas remettre le nez dedans. Avec un début intéressant, je me suis vite ennuyée. Sartre tourne un peu en rond. Son rapport avec le livre est certes passionnant et instructif mais ça s'arrête là. Et dire qu'il fut professeur dans un lycée de ma ville... Le seul ouvrage que j'ai apprécié c'était Huis-clos. Le plus connu en fait.
    Ta chronique est en tout cas bien écrite ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que je lise Huis-clos, je connais très peu Sartre mais le peu que j'ai lu je ne suis pas conquise ce qui est frustrant car j'entends souvent du bien de ses livres... Merci en tout cas !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire