Ray Bradbury, Fahrenheit 451


Auteur : Ray Bradbury
Titre : Fahrenheit 451
Titre original : Fahrenheit 451
Année : 1953

Quatrième de couverture : 451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.


Mon avis : 

Je pensais lire ce livre pour le Book Club du mois de mars de Livraddict et puis finalement je l'ai commencé la veille, j'étais donc mal barrée... Tant pis, je l'ai lu quand même et je dois dire que je ne regrette pas cette lecture. Juste une petite précision avant de vous dire pourquoi, j'illustre normalement tous mes articles avec la photo de l'édition que je possède mais celle ci est vraiment jolie et la mienne vraiment moche alors ce sera l'explication qui confirme la règle ;)

Ce roman nous fait entrer in medias res dans une société complètement formatée où tout type de savoir est proscris et où la télévision fait tout pour abrutir encore un peu plus la population. Je ne suis déjà pas une grande fan de nos chaines de tv mais là je dois dire que nous avons encore une bonne marge avant d'en être à ce point. Dans cette société, tout le monde est surveillé et personne n'est jamais à l'abri de voir les pompiers débarquer chez lui pour incendier sa belle bibliothèque (puisque les livres sont devenus interdits). J'ai retrouvé ici l'ambiance relativement oppressante et très sombre de beaucoup de romans dystopiques.

Le personnage de Montag est vraiment très intéressant car, non seulement il évolue, mais il semble n'avoir jamais complètement adhéré à la société dans laquelle il vit, alors même qu'il est lui même pompier. On apprend dans le roman que le livre volé au début de l'histoire n'est pas son premier et qu'il avait déjà commencé à s'intéresser à ces objets interdits avant de passer du côté des dissidents. Sa fuite est l'un des moments les plus prenants du roman, je voulais qu'il réussisse de tout mon cœur, ce qui paraît longtemps compromis vu les moyens mis en oeuvre pour le retrouver.

La seule nuance que j'aurai à faire par rapport à l'intrigue, c'est que j'ai trouvé la fin un peu trop utopiste. J'ai eu l'impression de me trouver face à une bande de hippie qui décident de refaire le monde à eux tout seul... J'ai peut-être du mal à me laisser entièrement porter par mes rêves.

Malgré cela, je conseille vivement ce livre en tant que classique de la science-fiction et de la dystopie. Il est vraiment prenant car il fait réfléchir sur des traits de notre propre société, ce qui est une caractéristique de la science fiction que j'apprécie beaucoup.

Commentaires

  1. J'ai beaucoup aimé ce livre qui pour une fois donne au héro (si je peux appelé Montag ainsi) un autre avenir qu'être détruit par cette société totalitaire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire