Vu au théâtre de La Loge (Paris 11), Les Justes, mis en scène par Tatiana Spivakova

LES JUSTES

Auteur : Albert Camus
Titre : Les Justes
Mise en scène : Tatiana Spivakova

Présentation du spectacle : Moscou. Février 1905. Des hommes se réunissent pour combattre l'autocratie du régime tsariste. Ils font partie de l'Organisation du groupe de combat du parti socialiste révolutionnaire. Ils se cachent pour mettre en place l'assassinat du grand duc Serge afin de supprimer un des rouages décisifs du régime qu'ils combattent. Un attentat à la bombe. Faire exploser la calèche, l'absolutisme et un homme. Certains doutent d'autres, moins. Boris, Dora, Yanek, Stepan et Voinov s'aiment comme des frères, mais lorsque Yanek se refuse à lancer la bombe sur la calèche en présence des enfants du grand duc, leur engagement se heurte à ses limites. Le crime à des fins politiques peut-il être légitimé ? La fin justifie t-elle les moyens ? « L'homme peut-il à lui seul créer ses propres valeurs ? ». Si la violence est inévitable, n'existe t-il pas des limites ? Que faire de la morale ? La parole de Camus nous engage à prendre le temps de la réflexion. Elle guérit une actualité passionnée, asphyxiée d'images et d'opinions en redonnant à la vie humaine son caractère sacré. (site du théâtre de la Loge)


ATTENTION : Je dévoile dans cet article des points sur la mise en scène concernée que j'ai aimé découvrir au fil de la soirée, si vous avez l'intention d'aller voir la pièce je préfère vous prévenir.

Mon avis :
Vendredi 15 janvier, théâtre des Loges, Paris 11e. Je ne connais pas ce théâtre, je ne connais pas la troupe, je ne connais que la pièce mais je sais déjà que je sors des chemins battus quand j'arrive dans une petite salle plongée dans le noir avant même le début du spectacle, l'entrée des spectateurs étant rythmée par les cris autoritaires d'une femme en russe.

Tandis que la pièce se déroule devant nos yeux, le spectateur est impliqué par petites touches discrètes dans la pièce, par quelques tracts jetés dans le public par exemple. Cela reste discret mais donne une profondeur supplémentaire au spectacle et rend plus sensible l'histoire qui se déroule devant nos yeux. Moins que des acteurs mais déjà un peu plus que des spectateurs.

Pour évoquer des points plus traditionnels, le décor fait dans la sobriété, chose que j'apprécie généralement, surtout quand il est utilisé à bon escient comme ici. Concernant le jeu des acteurs, je sais que je l'ai beaucoup apprécié même si le temps passé depuis m'empêche de m'en souvenir de façon plus précise.

La pièce utilise également la musique et la vidéo qui contribuent chacune à leur manière à ancrer le spectateur dans cette ambiance sombre qui est celle de la pièce. Si je ne devais retenir qu'une chose de cette mise en scène, ce serait cette ambiance mise en place à la fois par l'arrivée dans l'obscurité, les cris en russe, le décor et l'audiovisuel.

Ce soir là, j'ai donc pu assister pour la première fois à une mise en scène de ma pièce préférée d'un de mes auteurs préféré et cette mise en scène était inventive, profonde et surtout réussie.

Commentaires