Marguerite Duras, Dix heures et demie du soir en été


Auteur : Marguerite Duras
Titre : Dix heures et demie du soir en été
Année : 1960

Quatrième de couverture : C'est encore une fois les vacances. Encore une fois les routes d'été. Encore une fois des églises à visiter. Encore une fois dix heures et demie du soir en été. Des Goya à voir. Des orages. Des nuits sans sommeil. Et la chaleur. Un crime a lieu cependant qui aurait pu, peut-être, changer le cours de ces vacances-là. Mais au fond qu'est-ce qui peut faire changer le cours des vacances ?

Mon avis : 

Je continue ma découverte de Duras commencée l'été dernier avec ce cours roman au résumé qui me paraissait prometteur et original par rapport aux autres romans de Duras mais aussi de manière générale.

Ce qui m'a le plus plu dans ce roman, c'est bien sûr le style, fidèle à l'auteure, que j'avais déjà beaucoup apprécié dans Un Barrage contre le Pacifique. La plume de Duras est à la fois franche, directe et poétique. Elle est capable de nous faire ressentir ce que vivent les personnages sans en dire beaucoup. Ici, c'est particulièrement le cas pour les évocations de la chaleur, omniprésente bien que l'intrigue se déroule majoritairement de nuit. L'ambiance est donc particulièrement au rendez-vous dans ce roman, on aurait presque chaud en plein hiver.

Par contre, je suis resté plus indifférente face aux personnages dont l'histoire est ici racontée. On en sait finalement très peu sur eux du début à la fin du récit, ce qui peut être une bonne chose mais met un peu mal à l'aise ici car on n'a du mal à comprendre leurs réactions (celle de Maria, mais aussi celle de Pierre...). Ils semblent finalement assez stéréotypés ce qui ne permet pas de réellement s'attacher à eux et à leur histoire. Je n'ai ressenti aucune pitié pour Maria et les deux autres m'ont plus énervée que touchée.

Par conséquent, je n'ai pas non plus beaucoup accroché à l'intrigue qui est déjà plutôt légère. Comme je le disais, je n'ai pas compris pourquoi les personnages réagissaient de cette façon, cela m'a semblé assez aberrant par moments. Attention, je ne dis pas que je me suis ennuyée dans ce livre car ce n'est pas du tout le cas mais il manquait un petit quelque chose pour que je m'intéresse pleinement à ce roman.

Je vous conseille donc ce roman seulement si vous connaissez déjà bien Duras et que vous voulez apprécier une fois de plus sa superbe plume. Par contre, si vous cherchez une histoire à vous mettre sous la dent, il vaut mieux lire Un Barrage contre le Pacifique je pense.

Commentaires