Victor Hugo, Hernani


Quatrième de couverture :
Tout s'est éteint, flambeaux et musique de fête. 
Rien que la nuit et nous ! Félicité parfaite ! 
Dis, ne le crois-tu pas ? Sur nous, tout en dormant, 
La nature à demi veille amoureusement. 
La lutte est seule aux cieux, qui comme nous repose, 
Et respire avec nous l'air embaumé de rose ! Regarde : plus de feux, plus de bruit. Tout se tait. 
La lune tout à l'heure à l'horizon montait, Tandis que tu parlais, sa lumière qui tremble 
Et ta voix, toutes deux m'allaient an coeur ensemble ; 
Je me sentais joyeuse et calme, ô mon amant ! 
Et j'aurais bien voulu mourir en ce moment. (Acte V, scène 3)

Mon avis :
J'avais le choix entre plusieurs pièces sur lesquelles m'inscrire pour préparer une explication de texte pour le cours de lettres et, aimant beaucoup Victor Hugo et ayant apprécié Lucrèce Borgia lue il y a quelques moi, je n'ai pas trop hésité avant de choisir Hernani.

Il faut savoir que, comme beaucoup de drames écrits par Hugo, cette pièce est écrite en vers. Mais Hugo prends de nombreuses libertés avec cette forme et n'hésite pas à diviser un alexandrin pour faire dire des phrases courtes à ces personnages, ce qui permet de rompre un peu avec le côté artificiel de l'écriture versifiée. Je n'ai pas trouvé que le vers soit réellement un obstacle à la compréhension de l'intrigue contrairement à certaines pièces de Racine par exemple. Et je trouve toujours aussi beau le style d'Hugo.

L'intrigue elle même est plutôt sympathique. Elle se déroule en Espagne au XVIe siècle, l'ancrage temporel est donné par le caractère historique de celle-ci. Comme dans beaucoup de pièces, l'intrigue mêle politique et amour.

La principale chose que je reprocherai à cette pièce, c'est le nombre de personnage que j'avais tendance à confondre, d'autant plus que je ne suis pas habituée aux noms espagnols.

C'est donc une bonne pièce de Victor Hugo avec un ancrage plaisant dans l'Espagne du XVIe siècle, bien qu'elle soit un peu compliquée. A lire pour se représenter ce qu'est un drame romantique hugolien.

Commentaires