Stefan Zweig, La Peur


Quatrième de couverture :
Ce recueil de six nouvelles illustre à la perfection le génie de l'observation de Stefan Zweig, son sens magistral de la psychologie dans l'analyse des comportements humains. Romain Rolland lui attribuait " ce démon de voir et de savoir et de vivre toutes les vies, qui a fait de lui un pèlerin passionné, et toujours en voyage ". Admirateur de Maupassant, Zweig voulait, dans ces six chefs-d'oeuvre, " résumer le destin d'un individu dans un minimum d'espace et donner dans une nouvelle la substance d'un livre.

Mon avis :
Ce livre est composé de six nouvelles que je n'ai pas toutes aimées. Je dois même avoué que j'ai bien failli arrêter ce livre rapidement car je n'avais pas envie de lire une chose qui ne me plaisait pas d'un auteur que j'admire tant. « La peur » m'a vraiment exaspéré, je l'ai trouvé lente à mourir et Irène est une femme particulièrement insupportable, seule la fin de la nouvelle m'a plu.

Heureusement, ensuite, tout est allé mieux car la « Révélation inattendue d'un métier » a été un véritable coup de cœur. Le personnage principal est insupportablement curieux mais on ne lui en veut pas car les descriptions qu'il fait du fameux métier sont vraiment extraordinaires.

« Le bouquiniste Mendel » et « Leporella » m'ont aussi bien plu. Quant à « La femme et le paysage », elle révèle toute la poésie dont est capable Zweig mais aussi toute la violence qu'il a en lui, je l'ai tout de même trouvé assez plate par rapport aux élans passionnés auxquels m'a habitué Zweig.

Ainsi, ces nouvelles sont plutôt inégales, ce n'est pas le meilleur recueil pour commencer avec Zweig selon moi, même si certaines nouvelles montrent toute la finesse dont il est capable, notamment « Révélation inattendue d'un métier » et  « La Collection invisible »

« Le pickpocket, lui, au moment où il avance la main, doit poser sur sa victime un regard calme, bienveillant, et, après l’avoir bousculée, lui adresser humblement un « Pardon, monsieur » de sa voix la plus naturelle. »

Commentaires

  1. Je n'ai lu que La peur mais je te rejoins sur le caractère d'Irene !

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai jamais lu cet auteur et pourtant il me fait de l'oeil ! C'est celui concernant la vie de Marie Stuart qui m'intéresse beaucoup :) Un jour je me lancerais !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne me rappelle pas de toutes les nouvelles mais j'en garde un souvenir agréable, surtout "Révélation inattendue d'un métier" comme toi. Stefan Zweig <3

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire