Markus Zusak, La voleuse de livres


Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est-ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres...

Encore un roman sur la Seconde Guerre Mondiale me direz-vous ? Erreur, c'est bien différent de tout ce qu'on trouve habituellement sur le sujet. En effet, ce roman se démarque par plusieurs aspects. D'abord, pour nous lecteurs français, l'un des principaux intérêt de cette histoire est qu'elle est relaté depuis l'Allemagne nazie. J'avais déjà été touchée par un livre qui développait le même point de vue mais, si je me souviens bien, plus tôt dans l'histoire, c'était Seul dans Berlin de Hans Fallada, un des premiers livres que je vous ai présenté ici (ma chronique se trouve ici). Ici encore, l'obligation d'adorer le Führer est bien présente, c'est un point qui je trouve est dur à se représenter sans ce genre de récit.

Ensuite, ce roman se démarque également par le point de vue de la narratrice qui n'est autre que la mort elle même, la mort qui est débordée face aux bombardements mais qui trouve tout de même le temps d'observer la petite Liesel pour qui elle semble s'être prise d'affection. Je sais que certains lecteurs ont été dérouté par ce point mais j'ai personnellement trouvé que c'était un plus. Certains passages sont presque drôles dans sa narration, d'autres font pitiés et la fin est même carrément bouleversante. La Mort est un personnage à part entière dans ce roman et elle est très touchante. Croyez le ou non, la Mort est même un peu poète. Après avoir lu ce roman écrit de la sorte, je n'imagine pas l'histoire de Liesel relatée autrement (j'appréhende d'ailleurs de voir comment cela a été rendu dans l'adaptation du coup...). Puisque je parle d'écriture, Markus Zusak a une manière bien à lui d'écrire. Il utilise des apartés, des définitions... Il a également un style plein de poésie.

Je pense que ce roman est à mettre entre toutes les mains, celles des adolescents comme celles de leurs parents. C'est un petit bijou qui réinvente les livres sur la Seconde Guerre Mondiale. A lire absolument !

Commentaires

  1. Quel roman, en effet! Je le conseillerai à tous, pareillement!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré ce livre !
    La mise en page avec les apartés et l'ironie de La Mort... C'est juste une merveille ce texte !!

    RépondreSupprimer
  3. Un livre qui m'a énormément plu! :) Touchant, original et émouvant... ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire